Accès membres
Mot de passe perdu - Devenir membre
Espace Patients
..............................................................
Pathologies
..............................................................
Annuaire des membres
..............................................................
Devenir membre
..............................................................
En direct de...
..............................................................
En direct de...
 

ENDO 2017


SFE 2016


ECE 2016


ENDO 2016


Un cas d’hirsutisme


Question du Dr Valdo A. Chabot (Lutry, Suisse)

J’ai reçu cette semaine un cas d’hirsutisme chez une jeune femme portugaise de 23 ans :
hypertrichose du visage depuis l’âge de 13-14ans, devenu un hirsutisme net important :
       - barbe sur le menton et le cou, moins sur les tempes, fin duvet sur la lèvre sup., le dos
        - ligne médiane sus et sous-ombilicale masculine moyennement importante
        - plis inguinaux avec pilosité importante
Aurait eu un US au Portugal où on lui aurait signalé des kystes...
Son gynécologue en Suisse l’a placée sous un générique de Diane-35, associé à 10 mg d’Androcur durant 15 jours
Je n’ai pas reçu encore de renseignements de ce confrère, notamment s’il a refait un US confirmant un très probable SOPK.
C’est essentiellement la barbe au visage qui la gêne, puisqu’elle doit effectuer des épilations à la cire 1-2 x/semaine (coùt!) et qu’elle voit peu ou pas de résultats!
Questions

  1. Peut-on associer l’androcur et la spironoloactone? Cela a-t-il un un effet additif et un sens?
  2. Si oui, avec la surveillance biologique de rigueur, des doses de 50mg d’androcur et de 100 mg de spironolactone ne sont-elles pas excessives?
  3. Voyez-vous d’autres options thérapeutiques utiles?

Réponse du Pr Sophie Christin-Maitre:

Dans le cas que vous présentez, il est bien sur important d’avoir le chiffre de testostérone, ainsi que de 17 OH progestérone pour éliminer une tumeur ou un bloc en 21 hydroxylase. Le taux d’AMH élevé serait de plus en faveur du SOPK. Le diagnostic le plus probable est effectivement celui de syndrome des ovaires polykystiques mais il faut éliminer les autres étiologies.

Pour répondre à vos questions :

1)       l’association générique Diane 35 et Androcur que prend la patiente n’est pas favorable sur le risque thromboembolique, surtout si la patiente est en surpoids. Il serait préférable d’utiliser l’Androcur à la dose de 50 mg par jour avec de l’estradiol transdermique. La spironolactone peut être associée mais aucune étude n’a prouvé l’efficacité de cette association et l’effet de la spironolactone reste faible.

2)       Vous pouvez utiliser ces doses mais 100 mg de spironolactone peut faire baisser la pression artérielle.

3)       L’association d’une dose de 50 mg d’Androcur et d’ une épilation électrique ou au laser me parait la meilleure solution, en sachant que les résultats ne vont pas être immédiats si la patiente a pris l’habitude d’utiliser la cire.

Pr Sophie Christin-Maitre, Service d'Endocrinologie, Hôpital Saint-Antoine, AP-HP

16-5-2011


<< Page précédente

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HONCe site respecte les principes de la charte HONcode.

Vérifiez ici.
SFendocrino.org

© 2010 - 2017 l Société Française d'Endocrinologie l Secrétariat permanent : Centre d'Affaires Regus - Paris Gare de Lyon 37-39, avenue Ledru-Rollin - 75012 Paris
Tél. : 33 (0)1 40 24 02 72 l Fax : 33 (0)1 40 24 02 71 l Siège social : 88, rue de la Roquette - 75011 PARIS l Mentions légales l Contact